__Art & Alimentation_cycle__

Enregistrement de la séance #2

“Nous avons faim !” Par ce cri ont débuté bien des révolutions. Avoir faim répond à la fois à un besoin vital de celles et ceux que nos sociétés laissent pour compte et à l’urgence d’exister au sein de nos intimités et de nos communautés. Par le chant, par nos mouvements, par nos corps vulnérables, par nos révoltes silencieuses, nous faisons résonner nos ventres qui gargouillent.

Dans une société auto-dévorante, certaines pratiques artistiques luttent pour bousculer et infiltrer nos imaginaires et nos rapports au vivant. _Art & Alimentation_cycle__ initié par la Cité de l’Agriculture à Marseille se propose de mener une réflexion autour des liens qui unissent ces deux notions. L’art, comme la nourriture, interagit avec le territoire dans lequel il voit le jour. Il appelle à la question de l’accessibilité, du partage et du soin du vivant. 


L’art peut-il alors contribuer à la création d’une justice alimentaire ? Quels imaginaires permet-il d’élaborer autour de la nourriture ? Pourquoi l’art, comme la bonne bouffe, appartient-il encore aux élites ? 

Face aux injustices, les communautés se sont souvent organisées pour que les foyers ne manquent pas de pain. C’est quand la communauté s’organise qu’elle produit de l’abondance, en subvertissant le système inégalitaire dominant. Naît ainsi la cucina povera, l’art culinaire italien de répartir les ressources, recycler les restes en les sublimant, installer une table toujours ouverte aux invité·e·s. À Marseille, les cuisines populaires se côtoient et fusionnent dans des banquets grouillant de monde, abordables et chaleureux, où le·la voyageur·se a toujours sa place. Lasagnes, pizza, minestrone, arancini, pompe à l’huile, couscous, mezzé, bouillabaisse, autant d’exemples de cuisine “pauvre”, qui s’ancrent dans l’histoire du territoire. Contre le principe d’opulence capitaliste, nous voulons imaginer une cuisine d’abondance joyeuse. 

Par ce cycle de rencontres au format hybride, accompagnant la réflexion de pratiques artistiques généreuses, nous mènerons une recherche autour des nouvelles organisations agro-alimentaires locales. L’animation des discussions sera confiée au média Manifesto XXI dont le regard queer et féministe, profondément ancré auprès des jeunes scènes créatives engagés, s’attache à renouveler nos imaginaires. _Art & Alimentation_cycle__ est un parcours d’expérimentation qui propose un archivage de toutes ces conversations, qui ne se pose pas de limites de cadre, avec pour ambition d’explorer les problématiques nécessaires à la création d’un système alimentaire et social qui fait communauté. Les pratiques des artistes invité·e·s seront le déclencheur de ces visualisations créatrices et de passionnantes discussions. 

Dans cette ville où les cuisines pauvres se rencontrent et s’amalgament, nous affirmons le besoin de générer une prospérité qui jette des graines durables et démultiplie les moyens et les matières premières.

Nous ne voulons pas juste du pain, nous voulons tout le putain de fournil !

Gufo + Manifesto XXI

Article suivant
Blanda Blank Collective
Article précédent
Ateliers cuisine avec La table de Cana au CS Les Musardises

Articles liés

Aucun résultat.

Menu