Les groupements d’achat, une alternative à la grande distribution

Les groupements d’achat : une solution à la problématique des déserts urbains alimentaires ? 

 

Face au système d’approvisionnement dominé par la grande distribution, des alternatives émergent : AMAP, épiceries paysannes, marchés de producteurs, ventes directes… Ces initiatives ne sont malheureusement pas toujours accessibles, géographiquement et économiquement, dans certains quartiers dénommés “déserts urbains”. C’est dans ce contexte que des groupements d’achat dans les quartiers populaires se créent et donnent accès à des produits bio, locaux, à prix bas.

 

Les groupements d’achat sont des groupes de consommateurs qui choisissent de s’approvisionner de manière coordonnée et collective, en gros, directement auprès de producteurs en favorisant l’approvisionnement local de qualité. Les adhérents deviennent dès lors acteurs de leur consommation. Ils reprennent la main sur leur approvisionnement en prenant en compte les conditions de production, de transformation et de distribution.

Le projet VRAC (Vers un Réseau d’Achat Commun) créé en 2013 permet le développement des groupements d’achats dans les quartiers prioritaires de la politique de la ville de différentes villes : Lyon, Strasbourg, Bordeaux, Toulouse et Paris. L’association propose des prix bas à ses adhérents grâce à la réduction des coûts intermédiaires (circuits-courts) et superflus (limitation des emballages) mais aussi à l’absence de marge commerciale et une adhésion annuelle à l’association symbolique d’un euro pour les personnes des quartiers prioritaires. A Lyon, l’association propose une gamme de 90 produits d’origine bio, locaux ou écologiques en circuits courts : on y trouve des produits alimentaires en vrac, épicerie, produits d’hygiène, produits d’entretien ou encore des produits d’équipement. Tous les mois, c’est environ 500 commandes qui sont distribuées sur 13 groupements lyonnais par des bénévoles et des membres de l’équipe VRAC. En plus des retombées économiques cette initiative a des impacts sociaux (sensibilisation, création de lien social, vie du quartier…) mais aussi écologiques (développement d’une agriculture durable, diminution des transports, réduction des déchets…). 

Dans le cadre du projet Opération Désert Alimentaire, la Cité de l’agriculture réalise une étude de faisabilité en étudiant les groupements d’achat existants et le potentiel de développement sur le territoire marseillais. Le 15ème arrondissement, quartier ciblé de l’action de la Cité de l’agriculture, semble un terrain plein d’opportunités pour une première phase expérimentale ! 

L’Opération Désert Alimentaire est un projet de recherche-action autour de la précarité alimentaire (voir l’article ) soutenu par L’ADEME, la Région SUD et l’Agence Régionale de Santé – Provence Alpes Côte d’Azur.

 

___________________

source de la photo : http://vrac-asso.org

Article suivant
La Cité de l’agri et les élections municipales
Article précédent
Le Compte-rendu des Journées des Agricultures Urbaines en Méditerranée 2019

Articles liés

Aucun résultat.

Vous devez vous connecter pour publier un commentaire.
Menu